Bonifacio est une ville citadelle fondée par Boniface, marquis de Toscane, vers 830 et située à l'extrémité sud de la Corse. Pise et Gênes se la disputèrent pendant...euh...très longtemps, Bonifacio bénéficiant bien sûr d'un emplacement militaire stratégique. En effet, elle fut un pôle militaire, maritime et portuaire très important. Mais l'attaque la plus meurtrière qu'elle subit fut celle de la peste en 1528, où 4300 personnes sur 5000 périrent. Charles Quint ainsi que Napoléon y séjournèrent pendant un temps. On y compte aujourd'hui environ 3000 habitants (enfin ça, c'est hors saison bien sûr). En bref, voici quelques infos que nous pouvons retenir au vol lorque l'on évoque Bonifacio. Exemple :

- Tu connais Bonifacio ?
- Oui bien sûr, il y a eu la peste et Napoléon.

Inutile de vous dire que cette ville magnifique offre un panorama à couper le souffle, les photos parleront d'elle-même.

En revanche, un petit conseil aux personnes sujettes au mal de mer, à celles qui ne savent pas nager et aux froussards en tous genres : en cas de grand vent et de mer agitée, ne vous laissez pas séduire par les gentils guides et capitaines de bateaux et autres coques de noix... ne vous laissez pas embarquer pour une visite côtière tout autour de Bonifacio. Ces gens-là jouent de leur physique, la peau tannée par le vent, les cheveux blondis désséchés par le soleil, le sourire éclatant et carnassier... Ils vous attirent à bord, telles des sirènes chantant pour Ulysse et ses potes, pour une promenade qui vous permettra de découvrir Bonifacio depuis les eaux. Ils vous promettent notamment la célèbre grotte sous-marine où l'on peut voir en levant les yeux une ouverture ressemblant à s'y méprendre à une carte de Corse.

2005-05-22-012

Sauf qu'en cas de grand vent et de mer très agitée, point de grotte car il n'est pas possible d'y rentrer. Je l'avais vue il y a une vingtaine d'années mais Mesdemoiselles 1 et 2 devront se contenter de la photo. L'avantage quand on a le mal de mer, c'est qu'on n'a pas la trouille. Tandis que les gens criaient, tellement le bateau était secoué dans tous les sens, je me concentrais pour que mon estomac reste à sa place. Je pris alors toute la mesure de l'expression "avoir le coeur au bord des lèvres", moi j'avais le coeur, les poumons et même la rate qui elle aussi faisait une tentative d'évasion. Mon voisin avait peur de finir en nourriture à poissons, une autre était terrifiée à l'idée d'être amputée d'un bras ou deux si jamais, lorsqu'on nous serions tous à l'eau (cela nous semblait alors inéluctable), l'idée venait à un requin qui serait éventuellement passé par là de nous confondre avec un turbot. Moi je m'en fichais, mon seul souci était de repérer le sens du vent si jamais je devais me soulager par-dessus bord. Heureusement, une charmante  membre d'équipage anticipa et me tendit un sac à papier. Mais comment avait-elle deviné ? Après réflexion, j'opte pour la couleur verte qu'avait pris mon teint habituellement plutôt hâlé. Je ne devais sans doute pas être verte au départ... pas folle la guêpe-membre d'équipage.
Après une heure de croisière torture, nous rentrâmes finalement tous à bon port avec une expérience de plus de mon escarcelle : le vrai, le véritable, le bon vieux mal de mer. Pas besoin de partir en expédition sur un thonier ou de traverser le cap-horn, une simple promenade autour de Bonifacio peut suffire. Voir Bonifacio et vomir.

IMG_4788

 IMG_4790

 IMG_4783

Bonifacio au petit matin, un peu de brume. On distingue "L'escalier d'Aragon" menant à la mer. Pour les courageux, 187 marches.

 IMG_4728

IMG_4720

 "Le grain de sable", un énorme rocher qui se détache de la falaise.

IMG_4696

 Sur le port, devant les yachts luxueux alignés en rang d'oignon, trône un énorme portrait de Napoléon Bonaparte.

« Réservé et studieux, il préfère l'étude à toute espèce d'amusement... extraordinairement porté à l'égoïsme, énergique dans ses réponses, prompt et sévère dans ses réparties... ambitieux et aspirant à tout ... Corse de nation et de caractère... irait loin si les circonstances le favorisaient. ». Voici ce que ses professeurs de l'école militaire pensaient de lui lorsqu'il avait 15 ans. Un joyeux luron le Napoléon.

IMG_4722

IMG_4748

IMG_4754

IMG_4757

Les vues depuis la vieille ville sont toutes plus belles les unes que les autres.

IMG_4743 IMG_4744

IMG_4747 IMG_4745

Les contreforts dans les ruelles permettaient aux maisons de se soutenir les unes les autres.

IMG_4750 IMG_4751

 IMG_4741 IMG_4746

Comme dans tous hauts lieux touristiques, Bonifacio offre son lot de boutiques souvenirs et de charmants petits cafés. La maison Bonaparte est située dans la rue des deux empereurs où séjournèrent d'un côté de la rue Charles Quint et de l'autre côté Napoléon.

IMG_4758

Un prochain petit tour en Sardaigne à venir...